Jeudi 4 mars 2021

C’est l’histoire d’un emprunteur pour qui « rien ne sert de courir »…

Illustration de l'actualité C’est l’histoire d’un emprunteur pour qui « rien ne sert de courir »…

Un dirigeant souscrit un prêt immobilier, dont le remboursement est garanti par une assurance. A la suite d’un arrêt maladie, il réclame la prise en charge des mensualités à l’assurance. Ce qu’elle refuse, lui rappelant qu’il a dépassé l’âge au-delà duquel ce risque est couvert…

S’estimant mal conseillé lors de la souscription de cette assurance, l’emprunteur se retourne alors contre la banque et lui réclame une indemnisation. Ce qu’elle lui refuse à son tour, estimant sa demande « trop tardive » : la banque lui rappelle qu’il avait 5 ans, à compter de la souscription du contrat, pour engager sa responsabilité... « A compter du refus de prise en charge de l’assurance, plutôt », rétorque le particulier : sa demande d’indemnisation est donc parfaitement légitime… et recevable…

Une position partagée par le juge, qui estime ici que le délai de 5 ans dont dispose l’emprunteur pour engager la responsabilité de la banque commence à courir à compter du refus de garantie opposé par l’assurance.

Arrêt de la cour de cassation, chambre commerciale, du 6 janvier 2021, n°18-24954